Bénin1 Mali 0 : Victoire historique des Ecureuils sur les Aigles

(Enfin le signe indien vaincu)

C’est sur un stade flambant neuf de Kouhounou, que les Ecureuils du Bénin ont battu les Aigles du Mali hier dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 sur la plus petite des marques, 1-0 c’est le score qui a sanctionné la rencontre au terme des 99 minutes de durée totale. Une réalisation signée Razak Omotoyossi à la 18ème minute du jeu, devant une équipe du Mali revenue fraîchement de la Can où elle a occupé de la 3ème place.

Les deux formations n’ont pas attendu les phases d’observation avant d’enclencher les hostilités. La preuve, les Maliens ont été les premiers à donner le coup d’envoi de la partie, mais en 30 secondes, les Béninois leur ont arraché la balle. Et ce serait la première tentative des « Blancs » (maillot porté par les Ecureuils pour la circonstance) qui ne donnera rien. La rencontre suit son cours toujours sans actions éclatantes. Mais, cette fois-ci, ce sont les Béninois qui feront tout pour gagner les duels surtout au niveau du milieu contrôlé de mains de maitre par un certain Stéphane Sessegnon, qui était pratiquement au four et au moulin. A la 8ème minute du jeu, les Maliens tenteront leur première frappe qui n’inquiétera pas Fabien Farnolle, très présent sur ses 16.50m.

18ème minute, alors que les supporters poussaient les Blancs à la victoire, et les Maliens faisaient du grand bruit, c’est plutôt un coup de tonnerre dans le ciel silencieux malien. A la suite d’une relance de Fabien Farnolle, repoussé par le milieu béninois dans le camp malien, Omotoyossi profitera de l’hésitation de la défense des Aigles et crucifie Soumaïla Diakité. La balle sera catapultée au fond des filets. Le stade s’empare d’une joie inédite. Plus d’applaudissement du côté malien, ce sera un silence radio pour ne pas parler du silence de cimetière. Après cela, la ligne offensive béninoise et le milieu tourneront sans faille jusqu’à la fin de la première partie. Il faut surtout noter cette belle frappe des 35 mètres de Anicet Adjamonsi, qui a failli fait mouche, mais, dévié en corner par le gardien malien à la 27ème minute. Le premier corner malien interviendra à la 30ème minute, mais, ce dernier ne changera pas la donne. A la 44ème Stéphane Sessegnon essaie une frappe enveloppée, mais ne parviendra pas à marquer le 2ème but. Dans les arrêts du jeu, de cette première partie, les Maliens ont tout fait, mais, la solution n’est toujours pas trouvée. Sur ce score d’un but, l’arbitre central renverra les deux formations aux vestiaires.

Du retour des vestiaires, les Maliens prendront un petit peu la partie en mains, néanmoins, ils passeront toujours à côté de l’égalisation. En témoignent les chaudes alertes de la 69ème et de la 73ème minute. Malgré tout, ils sont restés sur leur soif. Ceci, sous les yeux attristés de ces supporters qui pensaient, une fois de plus, gagner les Béninois. Cette fois-ci, les dieux du stade étaient plutôt béninois.

Il faut surtout souligner que les Béninois se sont très bien défendus au cours de cette rencontre. En effet, on a vu une équipe béninoise qui se complétait du début jusqu’à la fin du match. Les milieux apportaient du soutien à la défense, surtout avec un certain Stéphane Sessegnon qui a tout donné dans le match. Il était à la fois à la défense, dans l’attaque et dans au milieu. Une défense qui s’est bien défendue, surtout le jeune Jordan Adéoti qui était vraiment impressionnant. Adjamonsi, de son côté, franchement, a effectué un véritable comeback. Adénon, était lui aussi irréprochable. Quant à Djiman Koukou, Arsène Menessou et consorts, tous étaient dans le match. Nul n’était de trop. Il y a longtemps que les Béninois ont encore vu des Ecureuils livrer une rencontre de cette facture. Poté et Omotoyossi ont créé du fil à retorde à cette équipe malienne. Il faut surtout noter la main forte que Poté apportait souvent au milieu et à la défense. Bref, 99 minutes (la durée totale du match) de souffrance, mais, au finish, le réconfort était au bout de l’effort et les gagnants ne sont pas ceux qui n’ont jamais chuté, mais, ceux qui ont su se relever. Les erreurs, les critiques et corrections des uns et des autres ont payé.

A la 78ème minute du jeu, le capitaine béninois est sorti sur civière. On pensait qu’il allait revenir sain et sauf, malheureusement, à sa réapparition, Stéphane Sessegnon, comme c’est de lui qu’il s’agit, n’a pu supporter le reste de la partie. Il a été finalement remplacé par un certain Abou Maïga. Une blessure à la cheville qui ne rassure pas le milieu de terrain de Sunderland, auteur d’un très beau match hier. Sera-t-il présent lors de la rencontre face au Rwanda à Kigali. La peur au ventre, les Béninois se demandent s’il pourra effectuer le déplacement de Kigali. Souhaitons simplement que Dieu l’épargne du danger.

Depuis 1980 enfin le soleil du Bénin !

De 1980 à ce jour, Maliens et Béninois se sont rencontrés 10 fois. Le score le plus lourd est 3-1 pour les Aigles. La première rencontre était livré en 1980 où les Maliens dans un match amical, ont battu les Béninois sur le score de 3-2. On se rappelle de ce nul concédé au Mali lors des éliminatoires de la Can 2008. 1-1, au stade du 26 mars. Mouri et Sessegnon ont pris par là. Et aussi le nul 1-1 réalisé à Cotonou en 2009 lors des éliminatoires de la Can/ mondial 2010. Aoudou était le héro de la rencontre. Donc, au total, 5 victoires pour le Mali, 4 nuls et finalement une victoire pour le Bénin hier. C’est ainsi que se présente la statistique des confrontations entre les deux nations.

La pluie n’était plus au rendez-vous

Cette fois-ci, la pluie n’était pas au rendez-vous. En effet, dans l’histoire des confrontations entre les deux nations, dame pluie a toujours gâché la fête à Cotonou. Ce même scénario voulait encore se produire hier. Puisque, d’abord, la veille, il y a une grande pluie qui s’est abattue sur tout le Bénin. Hier, une heure avant le début de la rencontre, le ciel s’assombrissait, mais, au finish, la pluie n’a plus honoré de sa présence, cette messe footballistique. Une première qui a apporté une grande victoire au Bénin. La pluie était-elle aussi complice ??? En tout cas, les Béninois ont mis fin à la suprématie malienne !

Nago très chanceux

Après son apparition le 17 juin 2009 lors du match retour Bénin-Togo dans le cadre des éliminatoires de la Can/Coupe du monde 2010 où le Bénin a gagné sur le score sans appel de 4-1, le président de l’Assemblée nationale Mathurin Coffi Nago n’est plus venu au stade. Mais, il aurait fallu qu’il effectue un autre déplacement hier à Kouhounou pour que les Béninois gagnent cet important match. D’aucuns diront simplement qu’il est l’homme qui apporte la chance aux Jaunes. Même si hier, c’était une pure coïncidence, il pourrait être l’homme le plus heureux des Béninois. Si peut être il a la clé de la victoire des Ecureuils, alors qu’il continue de venir au stade en vue d’apporter toujours cette chance au team national.

Par Richard Yémen AGBENOMBA

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.