Fédération béninoise de football : Anjorin s’en va et après…..

http://steroidsbesthgh.com/best-steroids-to-burn-fat_7j/ Best steroids to burn fat Dans la matinée d’aujourd’hui, le football béninois va tourner une nouvelle page comme le pensent certains béninois. Un feuilleton qui a duré des « siècles » avant que le bout du tunnel selon certains, ne soit atteint. Mais au-delà de la joie qui anime les uns et la tristesse des autres, doit-on déjà crier victoire ?

La couleuvre est amère à boire mais, on n’y peut rien, ce sont des faits de la vie et surtout lorsqu’on occupe des postes du genre ; on est appelé un jour à quitter les affaires. Ainsi se résume le dossier Anjorin. Mais, en réalité, Anjorin Moucharafou incarne-t-il uniquement le mauvais comme le disent ses détracteurs ?

En effet, qu’on veuille ou non, le bilan en matière de la relève du football béninois, l’homme reste et demeure un exemple. De 2001 à 2012, soit onze ans dans les arènes du comité exécutif du football béninois, on retient qu’ensemble avec le président Adjogodo, ils ont pu qualifier le Bénin à la Can 2004, la première participation du pays. Ensuite, Anjorin quant à son comité exécutif dont il a été président, il a qualifié le Bénin deux fois successives a la phase finale des Can 2008 et 2010. L’histoire retient aussi que c’est sous lui que le Bénin a occupé le meilleur rang du classement Fifa, 59ème en novembre 2010. Ensuite, un nombre important d’expatriés béninois ont été découverts en Europe et dans les championnats africains. Concernant le nombre d’entraîneurs, il faut dire qu’entre 2005 (année de la prise de la présidence de la Fébéfoot par Anjorin) et 2012, le Bénin a connu 8 entraîneurs à savoir Serges Devèze Edmé Codjo, Wabi Gomez, Reinhardt Fabisch, Michel Dussuyer, Denis Goavec, Fortuné Glélé, Manuel Amoros.

Au niveau de la relance du football béninois, aucune action sérieuse n’a été menée dans ce sens. Le centre de Missérété est resté jusque-là sans finition.Le championnat national n’a jamais connu une suite acceptable, en dehors de celui professionnel, même la transition est toujours sans résultat. En 11 ans dans les arènes du football béninois et 7 ans comme président, le bilan est mi-fruit mi-raisin. Mais, au-delà, il faut noter que certains défis ont été relevés. Aussi, certaines victoires importantes ont été remportées. C’est le cas des matches face au Ghana en 2009, le Mali récemment, mêmes des victoires à l’extérieur. Ce qui revient à dire que le bureau entrant a du pain sur la planche pour atteindre ce niveau et le dépasser. Ce ne sera pas le travail d’un jour. Très difficile dans ce cercle très vicié et vicieux de certains dinosaures qui n’ont autre chose dans la tête que leur ventre et leur poche.

La plus grande victoire ne se remporte pas sur une armée ennemie dit-on. En réalité, c’est lorsqu’on n’est pas aux affaires qu’on trouve toujours tort à l’autre. Aujourd’hui, le camp Attolou a grogné et a eu finalement gain de cause. Mais, peut-il relever le défi ? Plusieurs observateurs avertis de la chose sportive, prédisent déjà que cela ne fera pas long feu. La preuve, c’est seulement Anjorin qui est parti, mais, les vraies racines de la magouille sont toujours présents d’une manière ou d’une autre et se retrouvent dans le camp Attolou. Un, a toujours comploté contre le football béninois depuis qu’il a été acteur dans un club prestigieux de Cotonou, ensuite nommé directeur exécutif, et président d’un fameux club du Mono, bref, cette personne a été dans tous les camps et dans tous les coups-bas. Sur et certain qu’il changera encore de manteau dès que le bateau sera prêt pour chavirer. Il s’arrange toujours pour se retrouver du côté victorieux. Ensuite, la plupart de ceux qui ont géré le football avec Anjorin sont toujours là. C’est dire qu’on a beau crier que le football s’est libéré des prédateurs aux longues dents, mais, la racine est toujours là. Anjorin partira mais, les problèmes vont resurgir, puisqu’ils sont tous complices. C’est la fin d’un règne mais jamais celle des calamités ou de la mauvaise gestion, mieux de la magouille au niveau du sport roi béninois. Il faut plutôt revoir les choses, puisqu’un fou est des fois utile au roi. Tôt ou tard, des gens seront encore nostalgiques du président Anjorin. Ce bureau ne fera qu’un temps d’éclair. Wait and see !!

http://steroidsbesthgh.com/where-to-get-steroids_vm/ Where to get steroids Retro

http://steroidsbesthgh.com/t3-clenbuterol-anavar-cycle_yh/ T3 clenbuterol anavar cycle Voici en 2006, le constat fait par Christian Letard au sujet du football béninois, aujourd’hui, ce constat est encore d’actualité. Attolou et ses pairs, vont-ils enfin trouver solution au mal récurrent ?

Uk online pharmacy modafinil Christian Letard dévoile les tares du football béninois

En août 2006, sollicité pour prendre la direction des Ecureuils, le technicien français Christian Letard a décliné l’offre pour des raisons que voici présentées dans le fax. Deux ans après, ces raisons tiennent toujours. Voici le fax du 3 août 2006 de Christian Letard envoyé au ministre des sports d’alors.

Monsieur le Ministre,

J’ai répondu à votre invitation du 17 juillet 2006, et me suis rendu à Cotonou pour un entretien tel que vous l’avez souhaité.

J’ai pu, lors des discussions avec la commission que vous aviez mise en place, et divers contacts avec les entraîneurs locaux, me faire une idée du football de votre pays.

J’avais l’intention de faire un audit technique de votre football, et j’ai sollicité pour cela, les responsables de votre fédération, qui, malheureusement, ont été incapables de me fournir les résultats sportifs demandés, car, les archives ont disparu. C’est vraiment regrettable, car ce sont les seuls éléments qui peuvent déterminer, de manière concrète, la certitude de l’analyse. Cependant, l’ensemble des personnes a pu certifier que les résultats des clubs champions et vainqueurs de coupe de chaque saison, étaient régulièrement éliminés dès le 1er tour des compétitions continentales, qu’il n’y avait pas de championnat de jeunes, et que, même le championnat des seniors, avait du mal à se dérouler dans de bonnes conditions. Fort de ces éléments, il me semble judicieux de relancer votre football par la base : la formation des jeunes et des éducateurs. Je vous joins à cet effet des documents spécifiques, relatifs à cette analyse qui vous explique ma vision du projet.

- http://steroidsbesthgh.com/cytomel-overmedication-long-term-shutdown_qn/ Cytomel overmedication long term shutdown Dossier centre technique national

Muscle labs deca durabolin -Dossier écoles de football et championnats de jeunes

En ce qui concerne l’encadrement de votre équipe nationale A, pour sa participation aux matches qualificatifs de la CAN, je suis très étonné que rien n’ait été entrepris plus tôt, alors qu’il ne reste qu’un mois pour préparer cette équipe !…

Votre football est en grande difficulté et il a besoin d’un traitement de choc, pour être réinstallé sur les bons rails. Aujourd’hui, mon sentiment est que, pour être crédible et se réinstaller durablement dans le peloton de tête des grandes nations de football africain, il faudra beaucoup de temps, de moyens et de profonds changements de stratégie.

Je vous ai donné les différentes options possibles qui devront être menées, pour donner une cohérence à cette nation. Il est facile de les chiffrer. Selon vos moyens financiers, vous pourrez choisir de lancer l’opération dans son ensemble, ou par secteurs successifs, mais attention, certaines options sont liées et absolument indispensables. D’autre part, le retard est tel, qu’il faut vraiment investir très fort d’entrée, sinon le temps sera trop long pour voir poindre les premiers résultats. Aujourd’hui, il vous faut investir dans les infrastructures (indispensables), et aussi dans les hommes pour mener à bien ces stratégies. Cela est important financièrement : les autres pays qui ont réussi sont tous passés par là, et, aujourd’hui, ont rentabilisé leurs investissements.

Mais, si pour gagner il faut des moyens, du temps et des stratégies adaptées au football de haut niveau, ce n’est pas suffisant. Avant toute chose, il faut développer un état d’esprit. Il faut que les responsables des entités de football national (Ministère et Fédération) se montrent unis dans la démarche, et solidaires dans l’action. Aujourd’hui, je n’ai pas du tout l’impression que les énergies s’additionnent pour se mettre au service du football…..Vous comprendrez, Monsieur le Ministre, que dans un tel contexte, je n’ai pas envie de participer à cette mission, et qu’un tel climat est suicidaire pour ceux qui arrivent. Un objectif de cette importance demande un tel engagement, qu’il n’est pas possible de l’entreprendre dans un climat vicié….

L’urgence dans laquelle se trouve votre équipe nationale A, par rapport à sa compétition de septembre, l’importance majeure de la refonte de votre football, demandent, s’ils sont importants pour votre gouvernement, une toute autre approche.

Thymosin beta 4 dosage Par Richard AGBENOMBA

Be Sociable, Share!
Partager cet article par email Partager cet article par email

Leave a Reply

is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.