Critiques acerbes contre l’entretien télévisé du chef de l’Etat : Candide Azanaï entretien la confusion‘’

C’est sans doute la réaction qui va faire couler beaucoup d’encre et de salive parmi toutes celles enregistrées depuis l’entretien télévisé du chef de l’Etat le 1er août. Il faut dire qu’hier dimanche 26 août 2012 sur l’émission Zone franche de Canal 3 Bénin, le député Fcbe Candide Azanaï n’a vraiment pas mis les gangs pour tirer à boulets rouges sur la sortie du président Boni Yayi. Il la juge tout simplement mauvaise et dangereuse pour la République. Du coup, on a du mal à voir clair dans son positionnement sur l’échiquier politique national. Opposition ou mouvance ? La confusion est totale.

‘’ Cet entretien est malheureux. Il est mauvais et dangereux pour la République et pour la communauté internationale. Il faut décourager le chef de l’Etat à faire de ces genres d’entretien’’. C’est un peu en ces termes que s’exprimait hier l’honorable Candide Azanaï. La critique la plus virulente contre la sortie du président de la République le soir du 1er août sera finalement venue de son camp. Le député Fcbe a en effet eu les mots les plus durs pour dénoncer avec la dernière rigueur l’entretien télévisé du chef de l’Etat. Pour l’invité d’hier de canal 3, cette sortie du président de la République est maladroite aussi bien du point de vue circonstance que dans le fond : ‘’ Le premier août est sacré. Je me rappelle de ce premier août 1960 quand le président Maga appelait à l’unité de toutes les filles et fils de la République. Et c’est ce jour que le chef de l’Etat choisit pour appeler ses partisans à affronter d’autres Béninois. Et ce à partir de la salle du président de la République, le drapeau du Bénin et celui de l’Union Africaine derrière. Le chef ne doit pas agir sous l’emprise de la colère. Boni Yayi a été lors de l’entretien un chef de clan plus que président de la République’’. Candide Azanaï dit ne pas comprendre que parce qu’il a été élu, le président de la république demander à ce qu’on lui colle la paix : ‘’ Il se pose là un problème de reddition de compte. C’est bon que les opposants et les syndicats critiquent le président de la République. Est démocrate celui qui supporte la contradiction’’. En dehors de l’entretien télévisé, le député Fcbe a décoché plusieurs flèches acides contre le chef de l’Etat sur d’autres sujets. Il en est ainsi par exemple du communiqué du ministère de l’intérieur faisant état de menace contre la sûreté de l’Etat et du dernier rang qu’occupe le Bénin dans la zone Uemoa. Sur le premier, Candide Azanaï qualifie le communiqué ‘’d’oiseaux et d’inventé de toute pièce pour porter atteinte aux libertés publiques’’. Pour ce qui est du second, il estime que toute l’argumentation du président de la République est biaisée : ‘’ Le fait que nous n’avons pas de ressources naturelles ne saurait expliquer le dernier rang que notre pays occupe. Cela a été toujours le cas et pourtant, nous n’avons jamais été derniers’’. Comme on peut s’en rendre compte, Candide Azanaï a tiré contre le chef de l’Etat sur toute la ligne. Il a même estimé que les opposants sont tendres envers Boni Yayi. La seule chose qui a manqué, c’est qu’il ne s’est pas déclaré carrément de l’opposition. Toute chose qui rend le débat flou. Il faut dire effectivement que pour la clarté du débat politique, Candide Azanaï devra se réclamer des adversaires du régime en place. C’est vrai qu’il se dit de ‘’ la mouvance critique’’. Mais cela ne devrait pas l’empêcher d’exprimer ses critiques au sein de cette mouvance. Au lieu de les exposer sur la place publique. Certes, son courage et son franc-parler sont louables. Mais il serait encore plus honorable que Candide Azanaî choisisse clairement son camp.

Par Ghislain Gbènakpon

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.