Il était une fois un tchoco-tchoco, Atao Hinnouho !!!

Parti du Prd comme il est venu ; une étoile filante. Un député démissionnaire avec pour conséquence l’imminence d’un chamboulement des équilibres au sein du parlement. Fait suffisamment significatif puisque c’est l’un des deux plus grands partis du Bénin qui s’en trouve incapable de constituer un groupe parlementaire homogène de la taille de 9 élus seulement. L’escapade de Atao Hinnouho succède à d’autres au sein du Parti du renouveau démocratique et dans d’autres partis du pays. Les plus blasés de l’actualité politique béninoise n’y verraient donc rien d’extraordinaire. Il ne s’agirait-là que d’un soubresaut de plus. Cela transparait à travers la gêne de la plupart des commentateurs depuis l’officialisation de cette démission dont la chronique alimentait pourtant les gazettes depuis plusieurs mois.

Autant sur la récente que sur les anciennes démissions au sein des partis au Bénin, les analyses n’ont guère évolué. De sorte que l’opinion publique nationale n’a droit qu’à des raccourcis qui ne permettent ni de comprendre le fond de cette insécurité du militantisme ni d’appréhender les remèdes à apporter. Tout se ramène aux personnes du démissionnaire et de son chef de parti, Adrien Houngbédji. Des gloses intempestives sur les fortunes, les ego et les humeurs personnelles des concernés. Très peu de détails, par contre, sur les orientations ou les dogmes à l’origine du différend. A peine si on ne limitait pas l’enjeu à une vulgaire guerre de porte-monnaie. Une bataille autour d’un électorat qui irait finalement à celui qui dépenserait le plus aux prochaines échéances. Voilà à quoi tient la politicaillerie au Bénin, berceau des conférences nationales en Afrique, finalement réduit à une telle pauvreté du débat public. Au point où le citoyen ne puisse disposer d’une thématique cohérente au sujet de la rupture d’alliance d’un élu de la nation avec sa formation politique de base.

Atao est parti du Prd, comme avant lui d’autres avaient quitté d’autres partis ; et on ne voit vraiment pas ce qui pourrait arrêter la saignée. Le lieu de rappeler à la mémoire des Béninois la tentative infructueuse de l’Assemblée nationale en vue d’enrayer la « transhumance » au sein de l’hémicycle. Une loi avait été bel et bien votée sous la troisième législature (1999-2003) afin d’empêcher un député élu sur une liste de changer de bord politique en cours de mandat au risque de se voir déchoir au profit de son suppléant. Hélas ! La loi fut purement et simplement rejetée par la Cour constitutionnelle au motif que le mandat n’est pas impératif. Les sages ont fait remarquer dans leur décision, à juste titre d’ailleurs, que le député est l’élu de la nation et non celui d’un parti ou d’une région en particulier. Il ne saurait donc être déchu juste parce qu’il a décidé de quitter ses anciens amis politiques et de convoler avec un nouveau creuset de son choix.

Retour donc à la case départ avec des Béninois toujours au même point que lors de la première démission enregistrée par un parti depuis l’historique conférence nationale de février 1990. Alors qu’il était plus simple de se poser la question de savoir comment cela se règle dans les démocraties avérées. Pourquoi Hollande et Ségolène n’ont pu rester dans un même couple malgré la présence de leurs quatre enfants mais sont contraints de militer dans un même parti (PS) malgré les différences idéologiques et stratégiques qui les opposent. Au Ghana, à côté, Rawlings n’a pu claquer la porte de son parti, le NDC (qu’il a créé) bien que ses camarades lui ont refusé par deux fois de positionner son épouse comme candidat du parti à des deux dernières élections présidentielles de son pays. Dans ces pays-là, un parti républicain est d’abord et avant tout une propriété publique financée en grande partie (95% des ressources) par l’Etat. Rien à voir avec les partis patrimoniaux (entreprises privées) à l’origine des malheurs du jadis quartier latin de l’Afrique.

Après Atao….

Par Arimi Choubadé

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.