Après la publication de son mémorandum : Zinzindohoué trahi par ses propres frères d’Abomey

Une délégation dite de sage et de notables d’Abomey a choisi le camp du chef de l’Etat contre leur frère Armand Zinzindohoué. A la sortie de leur audience avec le chef de l’Etat hier, le porte-parole a clairement dénoncé le mémorandum de l’ancien ministre de l’Intérieur.

Maxime Houédjissin, Martial Souton, Francis Aguénoukoun ont choisi Yayi contre Zinzindohoué. Tous des natifs d’Abomey qui n’ont pas hésité à s’en prendre ouvertement à l’ancien ministre de l’Intérieur lui-même natif de la cité des rois. Tout ceci en compagnie de prétendus sages et notables de la ville en audience à la présidence de la République hier. Le porte-parole qui s’est exprimé devant les caméras a publiquement désavoué l’ancien ministre de l’Intérieur qui a fait des révélations dans son mémorandum publié dans la presse. Une initiative de Armand Zinzindohoué jugé par le sage porte-parole comme contraire aux pratiques en vigueur dans la cité royale. A l’entendre, le rédacteur du mémorandum aurait trahi la confiance placée en lui par son chef et serait indigne de compter sur le soutien de ses frères d’Abomey.

Une démarche des prétendus sages et notables qui a déclenchée de vives réactions dans les rues d’Abomey après la diffusion du reportage de l’audience sur la télévision nationale. L’indignation et l’amertume ont gagné les populations très déçu du comportement des personnalités qui composent cette délégation. « On ne leur en voudrait pas s’ils s’étaient présentés au cabinet du chef de l’Etat en tant que simples citoyens Béninois et non en tant que natifs d’Abomey » s’insurge un enseignant.

En effet, la délégation s’était présentée comme mandatée par les familles royales pour aller offrir leur soutien au chef de l’Etat au détriment de Zinzindohoué. Les images présentées à la télévision nationale tendent à semer le trouble dans les esprits et à présenter l’ensemble de la citée royale comme totalement acquise au chef de l’Etat. Une image complètement en déphasage avec la réalité du terrain. Pendant que Houédjissin, Souton, Aguénoukoun et consorts faisaient allégeance au chef de l’Etat, d’autres fils de la localité se mobilisent pour organiser une marche de soutien pour l’ancien ministre de l’Intérieur.

Ce comportement a choqué les esprits parce que les membres de la délégation n’ont pas pris la peine d’écouter la version du mis en cause avant de le condamner. Selon les déclarations du porte-parole de la délégation, c’est après avoir rencontré le chef de l’Etat qu’il envisage de se porter vers celui qu’ils ont déjà condamné à l’avance. Une démarche qui ne peut être attribuée à des sages et notables dont le rôle essentiel est de préserver la paix et de sauvegarder les bonnes relations entre les différents acteurs de la vie publique. Le choc pour les Aboméens est grand parce que Zinzindohoué n’est pas le seul à avoir publié un mémorandum. L’ancien ministre des Finances, Soulé Mana Lawani l’a fait avant lui. Dès la publication du texte, sa localité natale à savoir Zinvié, dans la commune d’Abomey-Calavi s’est fortement mobilisée pour le défendre. Ce que Houédjissin, Souto et Aguénoukoun, tous nommés par le chef de l’Etat ont refusé de faire en condamnant leur frère sans l’écouter.

Par Adrien Bidossessi

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.