Warning: Creating default object from empty value in /home/nokoue/public_html/wp-content/plugins/hybrid-hook/hybrid-hook.php on line 121
Disparition d’Urbain Dangnivo : L’administration des finances paralysée hier

Disparition d’Urbain Dangnivo : L’administration des finances paralysée hier

Toute l’administration des finances a été paralysée hier par une grève de protestation déclenchée par les syndicalistes contre la disparition mystérieuse d’Urbain Dangnivo depuis plus d’un mois.

La disparition d’Urbain Dangnivo continue de faire des vagues dans l’opinion publique. Elle a fait l’objet d’une paralysie totale de l’administration des finances, ce jeudi sur toute l’étendue du territoire national. Toutes les portes du ministère des Finances sont restées fermées comme à l’accoutumée tous les jeudis depuis l’enlèvement de leur collègue, il y a plus d’un mois. Le mouvement a été renforcé hier par la paralysie de la direction des impôts et droits indirects. Aucune opération n’a été menée sur les lieux. Les usagers de l’administration étaient obligés de prendre le mal en patience. De son côté, la douane béninoise est rentrée également dans la danse dans la même journée. Sous la houlette de sa secrétaire générale, Catherine Egoulety, le syndicat national des douanes a organisé une Assemblée générale à sa direction générale à Cotonou sur le sujet. Il a été expliqué aux douaniers venus des quatre coins du pays la disparition d’Urbain Dangnivo et les menaces d’insécurité qui pèsent sur chacun d’eux au soir du régime du président Boni Yayi. Cette manifestation a été soutenue par les syndicats de l’administration des finances. Par ailleurs, la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) de Gaston Azoua a encore fait parler d’elle. Elle a marché sur le ministère de l’Intérieur et de la sécurité pour exiger du gouvernement la libération dans les meilleurs délais du disparu dans l’intérêt de ses parents, des travailleurs et du peuple béninois. Ces sorties tous azimuts des syndicalistes font suite à la gigantesque marche de l’Union fait la nation à Cotonou, la semaine écoulée qui avait mobilisée des milliers de Béninois contre l’enlèvement de ce cadre émérite du ministère des Finances et de l’économie.

Pourquoi l’alerte maximale des syndicalistes sur ce dossier ? Les propos du conseiller politique du chef de l’Etat, Alexandre Hountondji, tenus sur les antennes de la télévision nationale ont suscité leur indignation. Il a déclaré que c’est une tradition des Dangnivo de disparaître. Pour lui, l’un des frères du disparu a connu le même sort, il y a quinze ans. Les investigations des travailleurs ont révélé que c’était un pur mensonge. La personne en question vit en Côte d’Ivoire et a même parlé au téléphone avec ses interlocuteurs, selon leurs déclarations. De là, ils concluent que le gouvernement est en train de brouiller les pistes. C’est pourquoi, ils exigent sa libération immédiate. Ils projettent d’autres mouvements pour accentuer la pression sur le pouvoir.

Par Jules Yaovi Maoussi

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.