Débrayage dans le secteur de la santé : La défalcation sur salaire endurcit les grèves

Les débrayages continuent dans le secteur de la santé, avec une détermination plus accrue des manifestants, en colère contre le gouvernement. Ceci, à cause des défalcations sur salaire opérées par le ministère de la Fonction publique pour fait de grève.

La grève des agents de santé a encore de beaux jours devant elle. C’est la conclusion logique à laquelle on parvient après les derniers développements qu’a connu le dossier. En lieu et place du dialogue souhaité et appelé de toutes les forces par le peuple, et même les grévistes, le gouvernement de Boni Yayi a opté pour la provocation et le mépris. Alors que les agents de santé, dans leur plateforme revendicative exigent entre autre la rétrocession des défalcations opérées sur leurs salaires pour fait de grève en 2008, le gouvernement pour leur répondre, procède à de nouvelles défalcations sur salaire. Un bras de fer qui apparaît dépourvu de tout bon sens quand on sait que lors des négociations, aux dires des responsables du Front uni des organisations syndicales de la santé (Fuoss), le gouvernement avait accepté de leur rendre les retenus sur salaires de 2008. Pire, les motifs de leur grèves sont reconnus fondés par le Chef de l’Etat qui, outre sa promesse de les satisfaire depuis plus de deux ans, à réitérer sa promesse de les recevoir et de régler leur promesse il y a moins de deux semaines. ‘’ Je demande aux agents de santé de rejoindre les hôpitaux, car j’ai entendu 5 sur 5 leurs revendications…’’ a-t-il déclaré. Une déclaration qui avait suscitée de l’espoir dans le rang des grévistes et plus encore au niveau du bas peuple qui enterre chaque semaine ses morts par faute de soin. Mais c’était sans compter sur l’habileté du chef de l’Etat à faire des déclarations sans lendemain et des promesses qu’il ne tient pas. Ainsi, deux semaines après cette promesse, c’est toujours le statut quo et pire, son gouvernement se livre à des déclarations provocatrices, qui ne font qu’envenimer la situation. A se demander si le Bénin dispose encore d’un appareil gouvernemental.

Par Pierre Xokpo

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.