Les chasseurs le jour… les militaires la nuit…

C’est bien dans une ville du Bénin, Parakou, précisément, qu’une horde d’individus enguenillés s’est offerte une parade de barbares armés de fusils modernes, dans les rues. Le 20 février 2011. En pleine campagne électorale. Ville dans laquelle séjournait pourtant le chef de l’Etat, et pour la réélection de qui les fusils ont été sortis des brousses. Des fusils bariolés de ses affiches, en effet. Curieusement, dès la nuit tombée, à plus de 400 km de là, à Cotonou, ce sont des soldats en uniforme de l’armée nationale, à bord de véhicules militaires officiels qui mettent en branle une vaste opération de destruction des affiches géantes du candidat Adrien Houngbédji. Faut-il rappeler que ce même jour, en der des ders, l’ancien candidat malheureux Fcbe aux législatives de 2007 devenu président de la Cour constitutionnelle, faisait admirer, sur le plateau de la télévision nationale son infinie puissance sur la démocratie béninoise; lui, l’omnipotent et impérial président, à différencier de la Cour constitutionnelle, institution de la République.

Autre jour, autre décor. Cotonou, en plein jour, et une manifestation des opposants contre l’exclusion de plusieurs centaines d’électeurs de la liste électorale confectionnée dans le cadre de la présidentielle 2011, le 21 février. Instant choisi par le tonitruant commissaire central de Cotonou, Louis Phillipe Houndégnon pour délivrer son cours d’instruction civique sur les bonnes manières en période de campagne électorale. Il prétend avoir lu quelque part que les manifestations publiques seraient interdites au cours de la campagne électorale. Malheureusement, qu’en face, il n’y avait pas que des ignares, manchots, encaisseurs, incapables de la moindre réplique. Un député, Tidjani Serpos, en l’occurrence de lui rétorquer que les manifestations dont il s’agit dans la loi concernent celles qui ont un caractère culturel ou traditionnel susceptibles de troubler l’ordre public. La campagne électorale est la période par excellence des manifestations à caractère politique. Le très brillant commissaire aurait dû interpeller ses collègues de Parakou qui ont permis à des prétendus chasseurs traditionnels d’arborer des accoutrements de terreur dans les rues. L’événement aurait dû être rangé dans la catégorie des manifestations culturelles traditionnelles puisqu’il s’agirait de chasseurs traditionnels. Or les armes exhibées à la place Bio Guerra, ce jour-là, n’ont rien de traditionnels. Il s’agit bien d’armes à feu dont la sophistication ne souffre d’aucune contestation. Dans ce cas, leurs détenteurs devraient avoir obtenu au préalable des permis de port d’arme. Bien que cela ne leur donne pas l’autorisation de les exhiber à une réunion politique de soutien à une candidature.

Point n’est besoin de conjecturer trop longtemps sur la volonté du docteur-président et de ses amis de n’admettre aucune contradiction sur la place publique. Les miliciens en armes déployés dans tous les départements du septentrion, des militaires à l’assaut des affiches de campagne des adversaires, des policiers lancés aux trousses des manifestants soutenant les exclus du processus électoral, des gardes envoyées cogner des députés de l’opposition en plein hémicycle, le refus de s’assoir à la même table de négociation que les candidats de l’opposition… L’Etat-Fcbe entend s’accrocher à ses privilèges quoi que cela puisse coûter au Bénin et à sa démocratie chèrement acquise. Surtout dans un contexte où les extras de la Cour constitutionnelle ont fait voler en éclats la plupart des dispositions constitutionnelles et légales en matière électorale. Où les institutions se confondent à l’individu (la Cps/Lépi à Arifari Bako, la Cour constitutionnelle à Robert Dossou, l’Assemblée nationale à Maturin Nago, la police nationale à Louis-Phillipe Houndégnon…). Une course pour la réélection au bout du fusil, de la force, de la violation des textes républicains…de la dictature, tout simplement.

Il veut conserver le pouvoir, sinon…

Par Arimi Choubadé

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.