Non remboursement des clients d’Icc-services: Les victimes fêtent à nouveau dans la morosité

Elles sont sans doute en train d’égrener avec anxiété les jours qui passent dans la perspective des fêtes de fin d’année. Les victimes d’Icc-Services, puisque c’est  d’elles qu’il s’agit sont bien parties pour fêter à nouveau dans la morosité. En effet, rien n’indique qu’elles vont pouvoir entrer en possession de leur sous. Cela fait pourtant des mois qu’on leur fait des promesses jusqu’ici vaines. Le comité de suivi mis sur pied pour faire évoluer le dossier a du mal à trouver une solution à la crise. Les ventes aux enchères des biens meubles d’Icc-services organisées par la structure dirigée par Mme Sévérine Lawson n’ont jamais pu combler les attentes des pauvres épargnants. Ce qui obscurcit le plus l’horizon pour ces derniers est l’incompréhension totale qui règne entre le gouvernement et les avocats des promoteurs d’Icc-Services actuellement en prison. Les deux parties n’arrivent pas à s’entendre sur la procédure idoine devant aboutir au remboursement des victimes. Elles mènent un dialogue de sourds sur fond de guerre de déclarations. L’exemple en a été donné il y a quelques semaines à la faveur d’un débat sur Golf Tv opposant Mme Sévérine Lawson et Me Hervé Gbaguidi, l’avocat de cette structure illégale de placement d’argent. Celui-ci estime que ses clients doivent être libérés pour pouvoir s’investir dans la mobilisation des ressources en vue du remboursement de leurs victimes. Mais au comité de suivi, on n’a pas la même vision des choses. « La détention n’est pas un obstacle à la mobilisation des sous ; si tant est qu’on a réellement la volonté de rembourser », avait soutenu Mme Sévérine Lawson. Pendant que les tiraillements entre le comité de suivi et les avocats d’Icc-services se poursuivent, les victimes ne savent plus à quel Saint se vouer. Surtout que les différentes ventes aux enchères des biens meubles de la structure illégale de placement d’argent n’ont donnée qu’un peu plus d’un milliard f Cfa sur les 72 milliards qui se sont spectaculairement volatilisés. Déjà l’an passé, les victimes avaient fêté dans la morosité après l’éclatement du scandale courant juin-juillet 2010. Cette année, ce sera pour elles le même scénario. Les fêtes de fin d’années se suivent et se ressemblent malheureusement pour les victimes d’Icc-services.

Ghislain Gbènakpon

Be Sociable, Share!
    Partager cet article par email Partager cet article par email

    Leave a Reply

    is_sidebar_active — This function has been removed or replaced by another function.