Congo : Dénis Sassou N’Guesso pour 2021 : décryptage de la tension présente entre les parties.

Bien qu’on s’y attendait, personne n’aurait pu imaginer que le PCT accepterait Sassou N’guesso sur leur lice présidentielle. En fait, vu son âge et le vent de changement qui souffle dans les pays africains sur les postes présidentiels, il est justifié que l’on s’étonne qu’à 78 ans, le congolais succède à lui-même.

39 ans au pouvoir : retour sur le parcours de Sassou N’guesso

Depuis quelques mois déjà, le président sortant est réclamé par la majorité de ses partisans. Âgé de 78 ans, il a son actif 39 ans en tant que chef de l’État. Malgré sa gestion du pouvoir, les partisans appellent l’homme à revenir au pouvoir. Sans suite, le peuple s’impatiente de la décision. Dans le même temps, l’activiste Crist Dongui en réponse à Esther qui demande un suffrage majoritaire au premier tour dit que : "ces élections ne servent à rien car elles n'apportent rien au peuple congolais". Ceci est en partie vrai puisque le PCT n’a vraiment pas les moyens nécessaires pour en plébisciter un autre.

C’est sans doute ce qui prouve que le président sortant est le seul sur la lice du PCT. L’entretien et le financement ainsi que la légitimité du PCT lui sont assuré par le président SASSOU. Il n’est donc pas possible pour les membres de ce parti de voir quelqu’un d’autre que lui’’ affirme le politologue Ebra.

Un processus électoral transparent

Les opposants ne sont pas contre une éventuelle représentation du parti au pouvoir. Ce qu’il veut n’est rien d’autre que des élections transparentes. Paulin Makaya dit que les opposants demandent au président Sassou qui a été investi par son parti de changer de logiciel. Ce qu’ils font, c’est une honte, parce que tout le monde sait que les élections ne seront pas transparentes".

On peut comprendre cette inquiétude vu que Patrick Mampouya du parti MUST évoque dans ses propos la désolation que connaîtra le Congo 5 ans de plus avec à la tête un président élu sans transparence. Au-delà de toute cette peur qui plonge le peuple dans de mûres réflexions Dave Uphrem Mafoula dit '' il n’est plus temps de faire marche en arrière, mais d’affronter le candidat du PCT.''

Le jeune candidat prie l'administration en place de mettre les experts en place pour une bonne élection.