Le cyclone Eloïse : retour sur les faits

Selon les expert de Météo France : ‘’Eloïse a évolué en cyclone tropical ce vendredi 22 janvier 2021 et a atterri sur les côtes du Mozambique au Sud immédiat de Beira, à environ 30 kilomètres, ce samedi 23 janvier "en fin de nuit". C’est une vraie catastrophe qui sera enregistrée vu la vitesse à laquelle il évolue. Soit 20 km/h et ce, le long de la baie de Sofala où de nombreux dégâts sont enregistrés. C’est un phénomène qui s’accompagne d’importants vents et de fortes pluies.

D’un cyclone à un autre, d’un désastre à une catastrophe

Il y a quelques années la Mozambique avait surmonté les désastres d’un violent cyclone.

C’était le cyclone Idai. Malheureusement, depuis lundi, de nouvelles personnes ont vu leur nom sur la liste des sinistrés à cause d’un nouveau cyclone qui occasionne des dégâts en pompe. Comme toujours, le pays enregistre des morts. 6 morts plus exactement lors du passage d’Eloïse.

‘’ Près de 7 000 personnes ont été déplacées et plus de 5 000 maisons ont été détruites, endommagées ou inondées", affirme le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha). Il est possible d’être en face d’un bilan plus triste si des mesures urgentes ne sont pas prises.

Le secours des institutions internationales aux sinistrés

Pour se protéger contre ce mal, ils s’étaient réfugiés par centaine dans les écoles. Abandonnés à eux-mêmes, étant sans nourriture ni toit où dormir encore moins de quoi veiller sur sa propre santé, le porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef) pour le Mozambique, Daniel Timme, sollicite l’aide des instances internationales. Le nombre de personnes gravement touchées par Eloïse est estimé à 176 000 personnes par l’UNICEF.  Elle fait donc appelle aux autres instances telles que l’OMS et la FAO pour venir en aide aux sinistrés.